Ça charge !

Que recherchez vous?

Cameroun. Le secret de la crinière de Chantal Biya enfin dévoilé !

Cameroun. Le secret de la crinière de Chantal Biya enfin dévoilé !

Partager

Si on vous dit Chantal Biya vous pensez avant tout : au Cameroun et à son président Paul Biya Naturellement mais vous pensez aussi à une coiffure extravagante, d’un roux flamboyant faisant penser à la crinère du lion. Signe de puissance, les légendaires perruques de la première dame du Cameroun ne passent jamais inaperçue.

Chantal Biya a su faire de ces perruques sa marque de fabrique, il n’est donc pas très difficile de la reconnaitre même dans la pire des caricatures ou bien dans le personnage d’un certain film. Les Camerounais se sont interrogés pendants des décennies mais finalement c’est un journal suisse qui dévoilera le mystère sur la coiffure mythique de l’épouse de Paul Biya. C’est officiel, les perruques de mama Chantou sont “made in geneva”!!!

Elles sont l’œuvre d’une coiffeuse française d’origine balkanique qui officie dans un petit salon genevois de la rive gauche, dont l’identité reste un secret d’État ! Longtemps, elle a travaillé pour une marque parisienne réputée, non loin du Palais de l’Élysée.

La première dame du Cameroun était une habituée et la coiffeuse son obligée. Le courant passait bien entre les deux femmes, au point où l’artiste a quitté Paris pou s’installer à Genève il y a une dizaine d’années pour être plus proche de sa cliente favorite qui séjournait encore régulièrement dans la même ville à l’Hôtel Intercontinental avant la pandémie du Coronavirus.

Pandémie sanitaire oblige, la fameuse coiffeuse aurait certainement du mal à approvisionner sa cliente chérie car depuis peu les coiffures de la firt lady se font de plus en plus sages. Une chose est sur même avec un crane rasée, la mama chantou des Camerounais reste unique en son genre, bien plus qu’une épouse de chef d’État aux coiffures extravagantes mais un vrai joyau pour le Cameroun et l’Afrique au regard de ses réalisations sociales.

Tags:

Vous allez aussi aimer lire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *