Ça charge !

Que recherchez vous?

Claudel Noubissi. Son appel poignant à l’équité homme femme pour le développement de l’Afrique.

Femme Camerounaise Le leader du mois

Claudel Noubissi. Son appel poignant à l’équité homme femme pour le développement de l’Afrique.

Partager
Claudel Noubissi parle du role de la femme dans la société africaine

Au lendemain des attaques du journal satirique Popoli contre la comédienne Muriel Blanche, le médecin et serial entrepreneur Claudel Noubissi tire la sonnette d’alarme sur la condition féminine dans le continent et les conséquences que cela engendre.

Rappelons que Muriel Blanche a été prise pour cible par le Popoli qui manifestement n’approuvait pas qu’elle ait été choisi par le commité d’organisation de la CHAN pour assurer la promotion du rendez-vous sportif, selon le journal, la présence de la “pulpeuse midinette aux formes libidineuses” était déplacée au sein de l’organisation de cet évènement du fait d’un supposé rapprochement intime entre l’influenceuse et l’ex-international camerounais Samuel Etoo Fils.

Cette sortie choc du journal Popoli a créé un buzz dans les réseaux sociaux, en divisant les internautes entre ceux d’une part qui dénonce ces propos insultants et d’autre part ceux qui y voit juste la drôlerie de la satire. Au lendemain de ce tollé médiatique, le Dr Claudel Noubissi fait une sortie sur sa page officielle qui dénonce l’extrême sexualisation du rôle de la femme au sein de la société africaine, et alerte l’opinion sur le frein au développement du continent que ces pensées rétrogrades engendre.

L’AFRIQUE A BESOIN DE SES FILLES POUR SE DÉVELOPPER. Dans une société patriarcale où la femme a été réduite au sexe, il est important de marquer une pause et de s’interroger. Nous vivons dans un monde où les seules attributs auxquels on a réduit la femme sont orientés vers la sexualité. Vous verrez en longueur de journée les hommes traiter les femmes de :

Matérialistes c’est dire qu’elles ont un amour développer pour l’argent et les biens matériels ;

Calculatrices c’est dire qu’elles ne visent que les intérêts… Et j’en passe. Ce qui contribue à les radicaliser et à les installer davantage dans cette logique.

Rappelez-vous toujours que lorsqu’on lutte contre un phénomène, on contribue de façon inconsciente à le propager. NON la femme Africaine ne peut et ne doit être réduite à ça ! Interrogeons l’histoire, elle nous donnera raison ! Jadis, la femme était celle qui faisait du commerce et ramenait de l’argent à la maison tandis que les hommes après leurs tâches quotidiennes, les attendaient afin qu’elles prennent soin de la famille comme il se doit. OUI c’était ça le rôle de la femme. Le patriarcat à malheureusement fait disparaître cela parce qu’il était question pour l’homme de montrer qu’il était celui qui gouverne.

Résultat des courses, on assiste à ce que nous vivons aujourd’hui. La femme a été réduite à sa simple fonction de procréatrice. Sauf que, quand les charges s’alourdissent, on pense encore à elles afin d’avoir un coup de pouce. Mais là encore il il y a des CONS qui refusent que leurs femmes travaillent. Les raisons sont énormes. D’autres vous diront que la place de la femme est dans son foyer à s’occuper des enfants, d’autres vous diront qu’elles doivent rester à la maison pour ne pas se faire courtiser et certains pousseront plus loin en disant qu’il n’existe pas de foyer où la femme et l’homme sortent le matin.

Quoiqu’il en soit, avec les conditions de vie qui deviennent de plus en plus rudes, deux revenus dans un foyer valent mieux qu’un seul. Prenons un chiffre édifiant : bien que les femmes représentent plus de 50 % de la population du continent Africain, elles ne généraient que 33 % de son PIB en 2018. C’est ce constat qui a conduit le Rwanda, l’un des pays pilotes en matière d’équité hommes-femmes et la Banque africaine de développement a organisé chaque année depuis quatre ans, à Kigali, le Sommet mondial sur le genre. Alors que l’Afrique est actuellement l’une des économies les plus dynamiques du monde, la persistance des inégalités de genre limite encore trop son potentiel. La dernière étude du cabinet McKinsey & Company intitulée « Le pouvoir de la parité – Faire progresser l’égalité des femmes en Afrique » est riche d’enseignements. Elle révèle que le continent pourrait ajouter 316 milliards de dollars à son PIB, soit une augmentation de 10 % d’ici à 2025 si chaque État parvenait à égaler les progrès réalisés par les meilleurs pays de la région. Malheureusement, indique l’étude, au rythme actuel, il faudrait peut-être plus de 140 ans à l’Afrique pour parvenir à la parité hommes-femmes ! Et cela, malgré le fait que le taux d’activité des femmes africaines est supérieur à la moyenne mondiale. En effet, la plupart d’entre elles occupent des emplois peu rémunérés dans le secteur informel et n’ont ni les compétences ni les possibilités de progresser. Au-delà de ce sombre tableau, les bonnes nouvelles ne sont cependant pas bien loin. Il faut que les femmes cessent de se rabaisser et se réduire à ce tableau qu’on peint d’elle.Et pour le faire, elles devraient de plus en plus se lancer dans des initiatives parfois seule où elles auront la capacité d’étaler leur potentiel. Les femmes de plus en plus se lancent dans l’entrepreneuriat mais pour renverser la donne, il faut un nombre critique de femmes entrepreneures.

Dr Claudel Noubissi

N’hésitez surtout pas à nous dire en commentaire ce que vous pensez des propos du Dr Claudel Noubissi

Tags:

Vous allez aussi aimer lire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *