Ça charge !

Que recherchez vous?

Crise socio-politique au Cameroun. Carav’Elles une initiative louable pour les femmes déplacées.

Actualité Entrepreneuriat social Femme Camerounaise Politique

Crise socio-politique au Cameroun. Carav’Elles une initiative louable pour les femmes déplacées.

Partager
Les victimes de la crise socio-politique au Cameroun

Depuis 2014 avec le début du conflit Boko-Haram, le Cameroun n’est officiellement plus un pays de paix. La recrudescence des conflits a plongé le pays de Paul et Chantal Biya dans une crise socio-politique sans pareil accentuant de ce fait la vulnérabilité préexistante des femmes des régions en crise: NOSO et extrème Nord.

Selon l’organisation internationale pour les migrations (OIM), 246 000 personnes dont 68% des femmes ont été déplacées à l’intérieur du pays dans des zones plus sûres.

Si des organismes internationaux ravitaillent celles qui sont restées dans la région en nourriture, les femmes qui ont fuies vers d’autres régions principalement au littoral dans la ville de Douala et au Centre dans la ville de Yaoundé se retrouvent sans emploi, obligée d’intégrer l’industrie du sexe.

Bien que plusieurs ONG volent au secours des familles déplacées encore dans les régions en crise en leur donnant de quoi manger, la nouvelle initiative Carav’Elles vient enfin apporter autre chose que du poisson et apprendre ses femmes déplacées à pêcher.

Carav’ELLES est une caravane dont l’objectif est de former et accompagner les femmes déplacées internes suite à la crise socio-politique dans les régions anglophones du Cameroun et à la guerre de Boko Haram dans la partie septentrionale du Cameroun.

Ayant quitté leurs terres et leurs habitations habituelles ces femmes se retrouvent diminuées et sans moyen d’exercer les petites activités génératrices de revenus qui leurs permettaient de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants.

Crée par African Women in Tech qui est une structure d’accompagnement qui booste l’entrepreneuriat technologique au Cameroun et en Afrique francophone auprès des femmes, Carav’ELLES compte sur des partenaires comme l’organisation internationale de la francophonie et les fonds la francophonie avec elles pour :

  • Accompagner 300 femmes déplacées dans la mise en place des AGR
  • Former 300 femmes déplacées la création des micro-projets et à la formalisation en groupement d’intérêt commun (GIC).
  • Mobiliser des donations pour accompagner les micro-projets crées et faciliter l’accès à des services bancaires.

Carav’ELLES qui a officiellement commencé ses activités le 05 février dernier par une sensibilisation, a entamé effectivement ce mercredi 24 février le volet formation à Douala l’une des villes hébergeant une forte communauté des femmes déplacées.

À l’aube de la journée internationale de la femme, cette initiative mérite tout notre soutien, et les âmes de bonne volonté peuvent suivre ce lien pour faire un don et venir en aide aux femmes fragilisées et leurs progénitures, principales victimes de la crise socio-politique au Cameroun.

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *