Ça charge !

Que recherchez vous?

Digital Africa: Rebecca Enonchong et Nathalie Yamb en guerre contre Emmanuel Macron.

Actualité Femme Camerounaise Femme d'influence Politique

Digital Africa: Rebecca Enonchong et Nathalie Yamb en guerre contre Emmanuel Macron.

Partager
Rebecca Enonchong et Nathalie Yamb en guerre contre Emmanuel Macron pour le problème Digital Africa

En 2018 le président français Emmanuel Macron annonçait l’initiative Digital Africa, une association qui a pour but de doter les entrepreneurs technologiques africains des capacités nécessaires pour concevoir et développer des innovations révolutionnaires pour l’économie réelle.

Cette initiative louable de la part de la France, contre toute attente marquait le début d’une ère nouvelle où le pays d’Emmanuel Macron promettait une réelle collaboration d’égal à égal avec ses anciennes colonies, mais bien sur tout cela était très beau pour être vrai.

L’association Digital Africa dont les membres du conseil d’administration sont majoritairement africain (3 Africains et un représentant français de l’AFD) parmi lesquels la Camerounaise Rebecca Enonchong véritable poids lourd de la technologie en Afrique, revêtait un caractère trompeur de partenariat.

Mais très vite comme la fondatrice et PDG d’Appstech le dénonce dans ce témoignage initialement en anglais et traduit en français par l’activiste camerounaise Nathalie Yamb reconnue pour sa lutte Anti-Françafrique, la France n’a pas tardé à reprendre sa position de colon en prenant des décisions pour l’avenir de l’association sans consulter le conseil d’administration.

Je me souviens quand Emmanuel Macron, lors du salon Viva Technology (Paris, 2018) a annoncé son initiative Digital Africa. Cette partie de son discours était en anglais. Je me suis dit: Oui! Bye bye Françafrique, bonjour à une nouvelle relation entre la France et l’Afrique.

Eh bien … les vieilles habitudes ont la vie dure.

On ne savait pas à quoi ressemblerait le programme ni qui le dirigerait, mais finalement, conformément à l’état d’esprit «partenaires, pas colonisateurs», l’association Digital Africa a été créée avec des organisations africaines et françaises comme co-fondatrices.

En signant l’accord pour la création de l’association au nom d’AfriLabs, j’étais super excitée d’en être l’une des co-fondatrices.

L’idée était de s’assurer, à travers l’association Digital Africa, que les voix africaines auraient un poids égal dans cette toute nouvelle approche des relations Afrique-France.

Nous avons mis en place un conseil d’administration et voté pour faire de Karim Sy le président du conseil. Afrilabs, représenté par moi, et 22OnSloane, représenté par Okechukwu Kizito, ainsi que des organisations françaises comme l’AFD, ont également été élus.

En tant que tout nouveau modèle dans lequel le budget venait du gouvernement français via l’AFD, mais la prise de décision se situait au niveau du conseil d’administration de Digital Africa, l’organisation a mis du temps à se mettre en place.

Je ne pense pas qu’il existe déjà un modèle similaire et je peux imaginer que pour une structure comme l’AFD, ne disposer que d’un seul vote dans un conseil d’administration est une situation bizarre.

Mais pour moi, dans mon esprit d’entrepreneur peut-être naïf et optimiste, la structure même de l’organisation était la preuve qu’Emmanuel Macron était déterminé à construire une nouvelle relation plus égalitaire avec les jeunes Africains du continent.

Des fissures ont commencé à apparaître lorsque le premier cadre de l’organisation a été embauché, Stephan-Éloïse Gras. Ce n’était pas tant la personne que la manière. Le conseil a reçu un courriel nous annonçant son embauche. Nous n’avons jamais été consultés ou intégrés au processus.

J’ai, avec d’autres, soulevé cela comme une question de gouvernance. On nous a assuré que ça resterait un cas unique. Mais, comme Stephan-Éloïse Gras n’a pas été embauchée par le conseil d’administration, elle n’a jamais ressenti le besoin de nous rendre compte ou de nous consulter. Finalement, Karim Sy a démissionné de son poste de président, bien qu’il soit resté au conseil d’administration.

Nous avons ensuite élu le représentant de 22OnSloane, Okechukwu Kizito, en tant que vice-président et président par intérim. Au moins, l’organisation était toujours présidée par un Africain. Symbolique peut-être, mais toujours important.

Malheureusement, la situation ne s’est jamais améliorée. Le conseil a été constamment contourné et rarement informé, obtenant la plupart de ses informations par le biais d’annonces sur les réseaux sociaux. Les décisions stratégiques et coûteuses sont prises sans que le conseil d’administration ne soit informé, et encore moins d’accord.

Les voix des trois membres africains du conseil d’administration qui, ensemble, représentent une communauté de plus d’un million d’entrepreneurs africains, sont ignorées.

Lorsque nous nous sommes plaints, les membres français du conseil d’administration, dirigés par le secrétaire du conseil d’administration de l’AFD, ont décidé que l’association devait être dissoute.

En fin de compte, c’est leur argent, l’argent des contribuables français. Je comprends ça. Mais, c’est NOTRE conseil d’administration. Et nous avons des obligations fiduciaires et juridiques envers l’association que nous ne pouvons pas remplir.

Il est ironique que ce soit nous, Africains, qui luttions pour la transparence des processus et la bonne gouvernance du conseil d’administration, alors que les organisations françaises essayent de faire sauter l’association plutôt que de corriger les dysfonctionnements !

Mais, c’est une nouvelle ère dans les relations Afrique-France. Les Africains n’ont pas capitulé, malgré la pression. Nous sommes totalement solidaires pour essayer de faire ce qui est juste pour l’association, pour les entrepreneurs tech africains et pour les contribuables français, en insistant pour une utilisation diligente de leurs fonds.

L’AFD et les autres organisations françaises vont sûrement réussir à dissoudre l’association et en recréer une plus française. Mais, quelle occasion manquée pour Emmanuel Macron de mettre en pratique ce qu’il prêche: un nouveau partenariat entre la France et l’Afrique.

Rebecca Enonchong

Nathalie Yamb qui ne manque jamais une occasion pour dénoncer les tares issues de la relation entre la France et l’Afrique a saisi cette occasion pour apporter son soutient à sa compatriote Rebecca Enonchong, dans son article nommé Francafique: la mésaventure de Rebecca Enonchong.

J’ai exprimé mon yako à Rebecca. Et je lui ai rappelé que la France ne considérera jamais les Africains comme des partenaires. Jamais. Pour eux, nous ne sommes que les habitants de ses colonies. Une fois qu’on a compris cela, on sait comment y faire face 

Nathalie Yamb
Tags:

Vous allez aussi aimer lire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *