Ça charge !

Que recherchez vous?

Vera Songwe. Son épopée glorieuse vers les Nations Unies.

Vera Songwe. Son épopée glorieuse vers les Nations Unies.

Partager

Sa compétence est louée à travers le monde, son parcours commande le respect et sa réussite fait rêver l’Afrique. Vera Songwe est un astre brillant, une énergie vivante, une économiste hors norme qui rentre dans le cercle restreint des intellectuels camerounais ayant laissé une empreinte indélébile au sein de la Banque Mondiale. Une institution dans laquelle cette dame pointilleuse revendique près de 20 ans d’expérience. 

Avec son courage et son déterminisme, cette Camerounaise habitée par le souci d’efficacité a brisé un plafond de verre, devenant la première femme à occuper le prestigieux poste de Secrétaire Exécutive de la Commission Économique pour l’Afrique (CEA). Passionnée de lecture et notamment des biographies, la femme leader a dû apprendre à marcher adroitement dans l’ombre avant de se faire une place de choix au soleil.

Le parcours d’une leadeuse

Vera Songwe n’a pas eu une enfance agitée. Née à Nairobi, la capitale kényane, elle est un pur produit du Collège Notre-Dame du Lourdes de Bamenda. Une école de ‘’ riches ‘’ totalement à la portée de son père qui était alors Directeur de l’Office National de développement de l’aviculture et du petit bétail. Elle commence ses études supérieures à l’Université du Michigan où elle décroche une licence en Sciences Économiques et Politiques. Elle migre ensuite vers la Belgique où elle va obtenir un Doctorat en Économie Mathématique à l’Université Catholique Louvain-la-Neuve.

Régulièrement citée en exemple,  cette dirigeante pleine d’assurance obtient 3 ans plus tard un poste de professeur, invitée à l’Université de Californie du Sud tout en travaillant à la Federal Reserve Bank.

La carrière de Vera Songwe

Son parcours académique en dit long sur l’immensité de son potentiel. 

En 1998, elle est recrutée à la Banque Mondiale comme jeune cadre et progressivement, elle va y gravir toutes les marches d’escaliers. 

Aidée par son talent et sa proactivité, elle est très vite repérée par la nigériane Ngozi Iweala, qui décide en 2007 ( lorsqu’elle est nommée Directrice Générale de la Banque Mondiale), d’en faire son Conseiller. Quelques années après, celle qui est originaire de la Région du Nord-ouest est nommée Directrice des Opérations de la Banque Mondiale en charge de 5 pays africains ( Sénégal, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Gambie, Mauritanie). En 2016, elle se voit confier une autre responsabilité et endosse la tunique de Directrice du bureau Afrique Centrale-Afrique de l’ouest de la Société Financière Internationale, une filiale de la Banque Mondiale dédiée au secteur privé.

L’année suivante est pour cette combattante, fille d’un médecin, synonyme de consécration. Après la démission du très médiatique Carlos Lopez de son poste de Secrétaire Exécutif de la CEA, elle déjoue tous les pronostics et succède à l’économiste bissau-guinéen, devenant ainsi, la première femme à occuper ce poste. Une fonction qu’elle ne cesse d’illuminer au travers de sa capacité à prodiguer des conseils pertinents et de sa détermination à obtenir des résultats concrets.

Également Secrétaire Général adjoint de l’ONU, Véra Songwe se bat sans relâche aux côtés des jeunes entrepreneurs pour trouver des solutions locales aux problèmes de financement en Afrique. Elle encourage d’ailleurs les pays africains à diversifier leurs économies.

Durant la crise sanitaire, l’économiste camerounaise a réalisé des études d’impact sur l’économie continentale et proposé quelques pistes pour remédier à cela. Sans être exhaustif, on peut citer : son invitation à la mise en œuvre effective de l’accord de libre échange continental africain, le financement d’un mécanisme spécial d’emprunt obligataire et la fourniture de liquidité au secteur privé. 

Exemple de courage et de dynamisme, celle qui gagne sa vie en manipulant les chiffres au quotidien, peut se vanter d’avoir fortement contribué à l’amélioration des procédures de décaissement du bureau régional de la Banque Mondiale, à l’amélioration de la coopération des États africains, au renforcement de l’intégration régionale en vue du rayonnement de l’économie sur le continent. En plus de cela, chaque année, Véra Songwe est régulièrement invitée dans les grands sommets du monde pour partager son expérience et proposer des solutions innovantes pour le développement de l’Afrique. Un dévouement qui lui a valu d’être classée par le magazine Forbes en 2013, sur la liste des 20 femmes les plus influentes d’Afrique.

Vera Songwe, une économiste engagée

Travailleuse et charismatique, la leadeuse âgée de 52 ans est très engagée dans le monde associatif. Elle est membre du conseil d’administration de plusieurs organisations ( fondation Tony Elumelu, Réseau africain du leadership, …), membre de la fondation Mo Ibrahim et membre de la commission chargée de réfléchir sur la réforme de l’Union Africaine.

Ses ambitions 

Consciente qu’elle est attendue au tournant, Vera Songwe, fort de sa longue expérience dans la formulation de conseils stratégiques sur les questions de développement du continent, n’a pas l’intention de dévier de sa trajectoire. Elle souhaite en priorité, lutter efficacement contre la pauvreté, la corruption ( qu’elle considère comme le cancer de l’Afrique) et surtout, pouvoir mettre ses grandes connaissances et son carnet d’adresses, au service d’une Afrique moderne et prospère.

Tags:

Vous allez aussi aimer lire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *